Je suis en Chine - Oskar - Les lectures de LiyahJe suis en Chine, Christine Féret-Fleury, 
Oskar éditeur, Court-métrage, 2014, 6 euros, 
Roman jeunesse dès 13 ans
note_2

Résumé : Quand elle rentre de l’école, la peur l’attend à la maison – la peur et les cris de sa mère. Ces cris qu’elle s’efforce de ne pas entendre. Comme le bruit des coups. Alors, pour échapper au drame familial qui se joue quotidiennement chez elle, elle s’évade dans un royaume fabuleux, une Chine rêvée… 

Mon avis : Voici un livre où je m’attendais à être vraiment touchée, émue. Le sujet abordé est délicat, grave, puisqu’on y parle d’une famille complètement déchirée et qui vit sous la terreur du « père » de famille. Ce dernier frappe sa femme, et forcément tous les prétextes sont bons. La violence est devenue le quotidien de cette famille. Alors pour échapper à cet enfer, cette jeune fille qui raconte son quotidien sur ces pages, imagine qu’elle est en Chine. Une Chine rêvée et idéalisée où il fait bon vivre. 

Alors comment vous expliquer le plus simplement ce que j’ai ressenti durant ma lecture ? Ca va être dur ! En fait, avec ce genre de livre, je m’attends à être tout de suite prise par l’émotion, et si je n’entre pas directement dans le coeur du sujet, alors j’ai du mal à me raccrocher, et au final, je passe totalement à côté. C’est un peu ce que j’ai ressenti ici.
Pourtant l’idée est bonne. J’ai beaucoup aimé le fait d’alterner cette souffrance, ce quotidien invivable, avec ce voyage immobile en Chine. Le contraste est fort et intéressant. Mais, j’ai beaucoup du mal à expliquer ce qui clochait pour moi, dans ce roman.

A chaque chapitre où l’on est dans la réalité, j’ai eu du mal à être capté, à m’imprégner de cette ambiance lourde. J’ai trouvé que ça manqué un peu d’émotions. Enfin, c’est vraiment délicat d’en parler, je trouve, car un tel sujet est vraiment difficile à traiter. Mais quoi qu’il en soit, je n’ai pas eu le temps de ressentir ces émotions que l’auteur a voulu faire passer. Bien sûre, on comprend bien l’horreur d’une telle situation, mais je trouve qu’un tel sujet, ne peut se traiter en demi-teinte. Après, il est vrai, qu’il ne faut pas oublier que ce livre se destine davantage à un jeune public, alors évidemment, en faire trop n’aurait peut-être pas été la bonne chose à faire…

J’ai beaucoup aimé à la fin, les pages d’informations où on nous donne des chiffres sur la violence faite aux femmes. C’est intéressant, et cela permet de prendre conscience de la triste réalité.

Globalement, je reste plutôt mitigée de cette lecture. Je regrette le manque d’émotions. J’aurai voulu être davantage touchée.

Author

Laisser un Commentaire