Titre : Le soleil et la mortLe soleil et la mort - E.Fontenaille - Les lectures de Liyah
Auteur : Élise Fontenaille
Éditeur : Grasset jeunesse
Collection : Lampe de poche ados
Date de publication : 14 septembre 2011
Pages : 112
ISBN : 978 2 246 78063 2
Prix : 8 euros
Genre : Romans ado
Thèmes : Adolescence, Suicide, Manipulation, Internet


Acheter sur Amazon

La Boite à Pandore : Un grand merci aux éditions Grasset jeunesse pour la lecture en avant première de ce livre.

« Ils avaient tous de sacrés problèmes, les miens c’étaient de la rigolade à côté… Enfin, comme dirait Anton, on a les malheurs qu’on peut. »

« Il citait Cioran jour et nuit : un écrivain déprimant à mort qui a écrit les mille raisons qu’on a de se suicider, ce qui ne l’a pas empêché de vivre très vieux et de mourir dans son lit … »

Résumé : On cherchait l’endroit idéal, isolé, tranquille.
Une nuit, j’ai eu l’idée : Irus ! L’île d’Anton était en vente depuis sa mort, mon père venait de trouver un acheteur, on ferait d’une pierre deux coups : on partirait dans un endroit génial, et après une histoire pareille, le type ne voudrait plus l’acheter, Irus… l’île du Bonheur serait à nous pour toujours. Et le grand saut, on le ferait comment ?
Là, Vlad a eu l’idée du siècle. En douceur, impossible à louper : il suffisait d’attendre la marée.
Il avait fait fort le Prince des Ténèbres… un moyen aussi simple, je n’y aurais jamais pensé. Pas de sang, de violence, de boîte crânienne éclatée, ni de grosse langue noire ou de corps bleu pendu à une poutre.
— Dommage, a dit Mishima qui aimait bien se la jouer gore.
Il pensait déjà aux photos dans les journaux.
Kim et moi, on aimait autant que ce soit clean, en plus on pourrait se regarder partir en se donnant la main, ce serait comme une estampe japonaise.

Pandore aime : Cette histoire traite d’un thème délicat à aborder : le suicide chez les jeunes. Certes l’histoire est simple et courte, mais elle se destine avant tout aux adolescents. Son but est simple : leur faire prendre conscience des dangers d’internet et de la manipulation qui peut s’en dégager, mais aussi bien sûr l’importance de la vie. Souvent à l’adolescence, âge particulièrement ingrat, un rien nous fait déprimer, on fait une montagne de petits riens, nous croyant complètement seul. Pourtant, même si les choses vont mal, très mal, il y a souvent une solution possible, autre que le suicide !

Dans ce livre, ils sont quatre jeunes adolescents qui vont échanger leurs idées noires sur le site le soleil et la mort.
Il y a Ulysse, le protagoniste de cette histoire. Élevé par son grand-père qui vient de mourir, il est contraint d’aller vivre chez son père et sa belle-mère qu’il déteste. Ses problèmes ne sont pas énormes, mais il traine un mal être. Sa mère, son grand-père et son chat sont morts, cela suffit à vouloir en finir. C’est un personnage attachant car sensible. Il se rapproche de n’importe quel adolescent.

Il y a également Kim, cette jeune adolescente est régulièrement battue par son père depuis la mort de sa mère. Elle va très vite se rapprocher d’Ulysse. On sent rapidement les ébauches d’une histoire d’amour naître entre eux deux. J’ai trouvé cela mignon et touchant. J’ai aimé la description des sentiments d’Ulysse à l’égard de Kim.

Autre personnage qui m’a marqué : Vlad. C’est le fondateur du site Le soleil et la mort, il a la vingtaine passé, et souhaite également mettre un terme à sa vie. Avec les quatre ados rencontrés via son site, ils vont tout mettre en œuvre pour mourir ensemble. Très vite Vlad va s’occuper de tout, afin de ne rien laissé au hasard. Vlad est certes un personnage prévisible, mais il fallait qu’apparaisse une telle personne pour que l’histoire prenne tout son sens.

Les deux autres personnages : Océane et Marco sont plus ternes, je les ai même un peu oublié dès le livre refermé.

J’ai vraiment beaucoup aimé cette petite histoire, bien que je trouve la fin très facile où tout s’enchaine rapidement, mais le but étant de faire passer un message positif et d’espoir aux adolescents, on ne peut donc la reprocher à l’auteure.

Le style de l’auteur est très simple et facile à lire pour les plus jeunes. Les chapitres courts et la police assez grosse. Les pages se tournent facilement et rapidement.

C’est un livre que je conseille plus aux adolescents qu’aux adultes, pour qui l’histoire sera un peu trop facile.

La Pandorisation : Un bon petit roman pour le jeune public sur le thème du suicide.

Petit plus : A noter que les 10 septembre, c’est la journée mondiale de prévention du suicide.
Vous pouvez également vous rendre sur la page Facebook du livre pour plus d’informations sur ce roman.

Cliquez sur le logo pour vous rendre chez Calypso et lire d’autres billets.

 

Logo Challenge rentrée littéraire

 

Author

Laisser un Commentaire