Bande dessinée ados / adultes, 
Les indésirables, 
Kiku Hughes, 
Rue de Sèvres, 18 euros

Présentation de cette bande dessinée : Kiku a 16 ans. Americano-japonaise, elle se sent déconnectée de son héritage japonais et en sait peu sur l’histoire de sa famille qui cultive le secret. Alors qu’elle est en vacances avec sa mère à San Francisco, elle se retrouve brusquement dans les années 1940, propulsée dans un des camps qui a fleuri sur le territoire américain au lendemain de Pearl Harbor. Parquée, Kiku partage le quotidien de sa jeune grand-mère et de 120 000 citoyens nippo-américains déchus de tous leurs droits civiques par leur propre gouvernement, car accusés d’être des ennemis de la nation…

Mon avis : Aujourd’hui, je vous invite à découvrir une très chouette bande dessinée des éditions Rue de Sèvres.

Cette bande dessinée ouvre un pan de l’histoire, qui je vous l’avoue m’était inconnu. Je trouve que cet évènement historique a été bien vite oublié et surtout on en parle absolument jamais. Pourtant après Pearl Harbor, c’est 120 000 américains d’origine japonaise qui ont été interné dans des camps. Je trouve ça dingue comment on veut nous faire oublier certains faits qui ont pourtant été conséquents et qui ont marqué tout un peuple. 

C’est donc ici l’histoire de Kiku, qui n’est autre que l’auteure de cette bande dessinée et de sa famille. Kiku vit à Seattle et avec sa mère, elle est en vacances à San Francisco où cette dernière tente de retrouver des morceaux d’histoire de sa famille. Kiku ne se sent absolument pas concernée par tout cela. Elle n’a jamais été connecté à sa culture japonaise. Ni elle ni sa mère ne parle le japonais. Mais tout cela a une explication, et on comprend vite que les camps ont créé de graves séquelles dans la communauté japonaise. 

C’est un très chouette récit très prenant. Il est construit de manière plutôt originale puisque l’on oscille ici entre le présent, mais surtout le passé, où Kiku est renvoyé dans le camp où a vécu sa grand-mère. Elle vit alors de l’intérieur ce qu’à vécu le peuple japonais, lui faisant alors prendre conscience de son appartenance culturelle, de la richesse de celle-ci et de son importance. C’est un récit vraiment très intéressant. J’ai vraiment beaucoup aimé et cela m’a permis de découvrir ce pan de l’histoire qui m’avait échappé. Je trouve que c’est un chouette moyen d’informer et de sensibiliser les lecteurs sur ce sujet. 

C’est une bande dessinée que je conseillerai aux adolescents aux alentours de 13 ans, mais aussi les adultes. Je pense que c’est un récit qui conviendra au plus grand nombre. Je la trouve parfaite pour les collégiens et les lycéens et je n’hésiterai pas à leur proposer.
Côté dessins, ces derniers sont très biens, plutôt simple mais agréables. Le récit est fluide et facilement compréhensible malgré les aller-retour dans le temps.

Une super bande dessinée à ne pas manquer !

Author

1 Commentaire

  1. Marie-Pier Dodier Reply

    Pour une autre bédé adulte sur le sujet, lire Nous étions les ennemis, de George Takei (aussi acteur dans Star Trek!)!!

Laisser un Commentaire