Nina la jolie poupée - Persée - Les lectures de Liyah
Nina, la jolie poupée mal-aimée, Rafika Mahdjoub,
Persée, 2011, 10 euros
Roman jeunesse dès 5 ans (selon l’éditeur)

Résumé : « Nina ressemble à une poupée…
Quand elle arrive sur Terre, c’est une fillette de six ans, Angélique, qui la trouve et l’adopte aussitôt, pour l’entourer de soins et d’affection. C’est une belle amitié qui se crée… jusqu’au jour où… hélas?! Angélique cesse d’être « un ange », et au lieu de gâter sa poupée, se met à la maltraiter, la blesse, l’abandonne…

Nina prend la plume pour raconter, de façon touchante, pleine d’humour et de poésie, l’extraordinaire planète dont elle vient, la merveilleuse famille qui l’accueille et toute l’attention que lui prodigue sa fabuleuse petite copine et puis sa tristesse quand Angélique lui en fait voir de toutes les couleurs. »

Pandore en pense quoi ? J’ai été très attirée par cette jolie couverture. Le dessin est joli et les couleurs plutôt bien choisi. Le titre m’intriguait également, et je me suis donc plongée dans ce tout petit roman (moins de 100 pages). Pourtant ça n’a pas du tout été la lecture que j’espérai. Dommage !

Nina est une poupée, à priori rien de bien originale, mais c’est une poupée qui possède une âme, et même ses états d’âme. Elle a été trouvé par Angélique, une petite fille, avec qui elle est tout de suite devenue amie. Pourtant Angélique va grandir, se désintéressée de Nina, au point de lui faire subir les pires sévices ! Coupe de cheveux saccagée, feutre sur le corps, … il est grand temps pour Nina de rejoindre le paradis des poupées !

L’histoire aurait put être originale. L’idée de base semblait intéressante, mais je n’y ai pas du tout adhéré. J’ai plutôt eu l’impressin de lire les complaintes d’une poupée. C’est lent, très lent. Au départ, Nina nous présente la famille qui entoure Angélique et puis les choses qu’ils aiment faire. Le tout dans des petits paragraphes. Je me suis d’abord demandé, où l’auteur voulait en venir. Et puis à la moitié du livre, Nina commence a raconté le changement de comportement d’Angélique vis à vis d’elle, et c’est là que ça tourne sérieusement à la dépression.
Je n’ai pas non plus aimé, le fait que l’auteur veuille absolument mettre dans son livre toutes les expressions de langages telle que Qui ne tente rien n’a rien, L’amour rime avec toujours, Qui aime bien… châtie bien ! … Il y en a facilement sur toutes les pages, et c’est vraiment très lassant.

Nina, la poupée est dons le personnage central de cette histoire, mais également la narratrice. Ce n’est pas du tout un personnage auquel je me suis attachée. Elle m’a plutôt énervée par sa façon de parler. Dommage !

Un autre bémol que je trouve à ce livre. Il est dit qu’il correspond à des enfants dès 5 ans, pourtant le support ne me semble pas du tout adapté. C’est tout de même un roman de 72 pages. Difficile de tenir des petits durant autant de pages, même si bien sûr, on peut couper la lecture. Il y a bien quelques illustrations ici et là, pas suffisamment pour capter leur attention.
Il aurait été plus judicieux de faire un album, et là, je suis certaine que l’histoire prendrai tout son sens avec ce format qui serait adapté aux jeunes lecteurs et à l’originalité de l’histoire.
Sous cette forme, l’histoire ne me semble pas adaptée à des lecteurs d’une dizaine d’années, qui ne lui verront plus d’intérêt.

Ce livre, sous cette forme, est hélas, une déception. Ceci dit, si une version album pourrait voir le jour, je pense qu’elle connaitrai un joli succès.

Author

2 Commentaires

    • J’étais tombée dessus hier. En effet plus élogieux, amis bon ce livre ne m’était vraiment pas destiné !

Laisser un Commentaire