La boite de June - Galopin - Les lectures de Liyah
La boite de June, Déborah Galopin,
Kirographaires, 2012,
Roman jeunes adultes dès 16 ans

Résumé : Lorsque June, jeune fille énigmatique et rêveuse, couche sur papier ce qui lui emplit le coeur et l’esprit, elle enveloppe ses mots d’émotions pour livrer des textes poignants. Personne torturée et constamment en quête d’elle-même, elle dévoile ses maux et ses sentiments les plus intimes à travers son journal, y mêlant amour, amitié, solitude et mal-être intérieur. La boîte de June est le récit quotidien d’une jeune fille qui pourrait bien se cacher au fond de tous, elle évoque les souffrances de l’adolescence et les réflexions sur l’essence même de la vie. Perdue parmi l’encre de ses mots, elle n’aspire qu’à une chose : être en paix et en harmonie avec son âme.

Mon avis : Ce livre est une compilation de textes, un journal intime de l’auteur écrit entre 2006 et 2010.Nous avons donc à faire à un roman autobiographique.

Dans ce livre, il ne faudra pas s’attendre à suivre une intrigue, une histoire construite. Ce journal est vraiment un journal intime dans le vrai sens du terme.
June, une jeune fille livre ses pensées, ce qu’elle ressent face à la vie, ses émotions, ses joies, ses peines, …

Personnellement, ce côté personnel, ce manque d’histoire m’a un peu déstabilisé. On rentre dans l’intimité de l’auteur, et j’avoue que je ne me sentais pas vraiment concernée, ni même intéressée.
Je pense que j’ai passé l’âge (hélas) de tel roman.

J’ai eu parfois un peu de mal à suivre June, notamment dans ses relations avec les autres personnages.
J’ai ressenti également quelques longueurs par moment, car comme je l’ai dis, tout ce qui est écrit est très personnel, et on peut ne pas être touchée par ces lignes.

Mais attention, ne pensez pas que ce roman est mauvais, car je suis sûre que je l’aurai adoré si je l’avais lu vers 16 ans.
Déborah Galopin écrit vraiment très bien et elle met des mots vrais sur ce que ressentent toute une génération… enfin une partie sûrement ! En tout cas, je suis sûre que bon nombre d’adolescentes pourront se reconnaitre à travers le personnage de June.

Au fil des pages, des années, on sent une certaine évolution en la personne de June, ce qui la rend plus agréable à nos yeux. On passe d’une ado à une jeune femme.

Si mon avis est plutôt mitigé (ce point de vu est tout à fait personnel, face à mon âge, mon vécu, …), je pense toutefois qu’il trouvera son public et notamment chez les jeunes filles.

Retrouvez La Boite de June sur Facebook

Author

4 Commentaires

  1. Bonjour Liyah,
    je te remercie de ton avis mais suis désolée qu’il ne t’ai pas touché, ni plu. En effet, il concerne davantage les adolescents et les personnes en mal de vivre comme je l’ai été. Je t’avouerai que si je le lirais à l’heure actuelle, (bon okay je l’ai lu au moins une centaine de fois mais bon lol) je te dirais qu’il ne me correspond plus. J’ai vingt ans, j’ai évolué, tu es maman de deux garçons, nous n’appartenons toute deux à une nouvelle génération.
    Mais je sais qu’il plait, je sais que des personnes auraient besoin de mes mots pour trouver un certain réconfort, alors je persévère 🙂 Merci pour avoir relever ce point là qui a mes yeux est le plus important.
    Amicalement
    Déborah

    • Bonjour Déborah,
      Attention, ton roman ne m’a pas déplus, je ne l’ai pas trouvé du tout mauvais. Bien au contraire. Comme je l’ai souligné, en effet, c’est simplement qu’à l’âge adulte, avec deux enfants, … ces mots ne m’ont pas parlé comme ils m’auraient parlé il y a 15 ans. Encore une fois, je suis sûre qu’à ce moment je l’aurai dévoré et aurait trouvé un certain réconfort.
      En tout cas, je t’encourage à continuer et à toucher toute cette nouvelle génération.
      Merci encore de m’avoir permis de lire ton roman et d’en faire une modeste chronique pour mon blog.
      Très bonne continuation

  2. Bonjour Liyah,
    oui je m’en doute 🙂 J’ai trouvé ta chronique objective. Je l’ai partagée sur facebook et j’ai également mis le lien sur mon blog.
    Merci et merci à toi surtout pour cette chronique. ^^
    Déborah

Répondre à Déborah Galopin Annuler la Réponse